Sommaire

LE JOURNAL D'UN CHIEN


De : Oscar Panizza
Mise en scène par Christian Schiaretti
Avec Agathe Alexis (le chien) Laurent Claret (l'homme)
Scénographie Max Denes
Costumes Pierre Cadot
Lumières Didier Mandin, Zizou


Pour un chien, à quoi peut bien ressembler l'espèce humaine? Physiquement, c'est le "règne de l'épais, du bouffi et de l'éléphantesque" animée par "des salves de bouche" et des "gesticulations". Ecrit en 1892, Le Journal d'un chien consigne pendant neuf mois les dissections canines du matériau humain. L'occasion pour Oskar Panizza de déployer comme un long ricanement son aversion et son dégoût pour l'homme en qui il ne voit que bouffonnerie et cabotinage. Ce texte, l'un des premiers de celui que Breton surnommait "le scorpion du calice", un peu inégal, préfigure néanmoins la veine future de cet enragé blasphémateur, pourfendeur des systèmes et des croyances, qui au gré des censures, des scandales et des peines de prison tenta de fuir son propre exil. Oskar Panizza termina les quinze dernières années de sa vie interné dans un sanatorium.

Représentations ATP : Théâtre Municipal
le 30 Janvier 1986, 00H00


Sommaire



Pour toute remarque ou suggestion, merci d'envoyer un mail à : ATPaixenprovence@aol.com

ATP - Aix en Provence © 2001 - 2019