Sommaire

Carnezziera


De : Emma Dante
Mise en scène par Emma Dante
Avec gaetano bruno, sabino civilleri, enzo di michele et manuela lo sicco

spectacle à 20h30 - durée 1h

spectacle en sicilien surtitré
(pour en savoir plus et voir d'autres photos cliquez sur le titre du spectacle)





Carnezzeria

C’est sur une scène qui rappelle étrangement les petites images pieuses siciliennes qu’entrent Nina et ses trois frères. Ils la portent sur leurs épaules et avancent en une lente procession. Le climat de fête, apparemment joyeux, laisse pourtant présager l’arrivée d’un danger imminent. La fillette, une créature innocente et désespérément naïve est conduite par ses trois frères à un rendez-vous fictif. Ils l’accompagnent pour rencontrer celui qui deviendra son mari comme ils apporteraient une bête à l’abattoir. Est-ce un piège, une machination ? Les trois frères tenteront à plusieurs reprises de s’enfuir, ils essaieront en vain de la distraire pour pouvoir l’abandonner à son triste sort.
Il suffira de quelques photos de famille pour réveiller de vieux souvenirs : les anciennes blessures sont ravivées, l’agressivité et les rancoeurs jusqu’alors enfouies resurgissent et avec elles, la crainte et l’horreur de la virilité paternelle sans cesse affirmée et sans cesse démontrée. A l’occasion de ces souvenirs, un des frères révélera combien lui et les autres ont été les innocentes victimes de leur père. Marqués par leur héritage, ils reproduiront la même violence incestueuse sur le dernier chaînon de la famille, sur leur Nina.

Carnezzeria (la Boucherie, l’Abattoir) c’est l’histoire dune famille de chair et de sang, aux liens morbides, qui se débat entre l’hystérie et la paralysie. Chaque personnage, par ses mouvements, par son attitude et par le rythme de sa diction contient en lui toute la bête qui l’a engendré. Cette cérémonie est mise en scène pour absoudre une femme du pêché, pour la purifier dune souillure et pour rendre au bâtard son honneur. Le coeur de Nina est prisonnier de son ventre énorme, déformé par la douleur et maculé par le pêché. C’est autour de son ventre difforme que son destin va se sceller, que ses trois frères vont s’acharner avec la rage des perdants incapables de comprendre. Toute leur existence est entièrement conditionnée par la volonté de paraître, ils doivent soutenir le regard de l’autre comme si la seule loi possible était : Regardez-nous avec respect, sans baisser le regard.

Révélation palermitaine en deux pièces fulgurantes LE MONDE | 30.01.04 |
Mises en scène d'Emma Dante au festival italien du Lieu Unique de Nantes.
Nantes de notre envoyé spécial Jean-Louis Perrier

(...) Voici la compagnie sicilienne Sud Costa Occidentale, avec mPalermu et Carnezzeria (première française) : deux pièces brèves, incandescentes, de parfaite maturité, deux récits en forme de conte, qui éclairent de multiples faisceaux de sordides "pesanteurs" méditerranéennes. (...)
La bouche arrondie par le cri muet, stupeur devant la mort pressentie, par avance consentie, ouvre Carnezzeria (boucherie), comme en fondu-enchaîné avec la pièce précédente (MPalermu). La bouche est celle d'une jeune femme en robe de mariée, lourdement enceinte, accompagnée par ses trois frères vers un autel indéfinissable. Les êtres sont plus frustes encore que précédemment, vêtus comme bergers endimanchés descendus des collines. Ils se livrent à des jeux en forme de rites, cascade d'humiliations diverses, allant en crescendo vers la violence, qui éclate dans la révélation du trauma - les abus du père sur ses enfants -, au cours d'une véritable scène de possession collective. La sœur sera clouée au piquet du mariage, comme chèvre en appât du loup.
(...)Tout l'art de la Dante et de ses comédiens - coauteurs de chaque pièce - consiste dans l'invention d'une poétique visuelle, basée sur un jeu très physique, où la parole devient un élément corporel presque comme les autres. En bonne courtoisie, les acteurs ne manquent pas de glisser quelques mots français ici ou là, qui éclairent la profusion d'images elliptiques, à base de gestes simples poussés vers l'excès. Chaque mimique paraît provenir d'un terroir aussi ancien que celui de la commedia dell'arte, au service de drames si théâtralement vrais, qu'il serait impensable de ne pas les revoir, très vite, en France.
Jean-Louis Perrier

Les Amis du Théâtre Populaire ont accueilli en 07|08 trois autres créations de Emma Dante, MPalermu, Mishelle di Sant'Oliva et Vita Mia




Représentations ATP : Pavillon Noir
le 20 Octobre 2008, 20H30


Sommaire



Pour toute remarque ou suggestion, merci d'envoyer un mail à : ATPaixenprovence@aol.com

ATP - Aix en Provence © 2001 - 2019