Sommaire

LES PERSES


De : Eschyle
Mise en scène par Olivier Py
Avec Philippe Girard
Mireille Herbstmeyer
Frédéric Giroutru
lundi 6 juin : rencontre avec Olivier Py-18h30, salle des mariages, hôtel de ville , Aix en Provence
mardi 7 juin -15h - Lycée privé La Nativité (complet) -20h - Centre Social les Amandiers, Jas de Bouffan, Aix en Provence -
mercredi 8 Juin - 15h - Pavillon, Noir Aix en Provence - 20h - Voute Chabaud, place du château, Venelles le haut -
jeudi 9 Juin - - 15h - Fondation Vasarely Aix en Provence -20h - Salle Emilien Ventre à Rousset -
vendredi 10 Juin - 15h - Pavillon, Noir Aix en Provence - 20h - Hôtel de Ville de Peyrolles en Provence

- durée 55'

L'ESPRIT DU THÉÂTRE

Avant "Les Perses "

" Pourquoi la tragédie grecque aujourd'hui ? " Rencontre avec Olivier Py, metteur en scène, directeur du Théâtre National de l’Odéon,
en présence de Mireille Herbstmeyer, Philippe Girard et Frédéric Giroutru, comédiens,
Didier Pralon, professeur émérite à l'Université de Provence, ambassadeur de l'Hellénisme
Salle des mariages, hôtel de ville, Aix en Provence lundi 6 juin 2011 à 18h30

Ce programme est communiqué sous réserve de modifications.

(pour en savoir plus et voir d'autres photos cliquez sur le titre du spectacle)


Ce drame raconte le retour de Xerxès à Suse après les défaites de Salamine et de Platées. Eschyle célèbre la victoire des Grecs, surtout d’Athènes, sur les Perses.
La scène se passe à Suse, devant le palais du roi, près du tombeau de Darius. Une idée domine tout le drame. La défaite de Xerxès est le châtiment de son orgueil. Il y a dans les Perses, peu d’action ; mais le drame ne languit pas un instant. C’est un magnifique tableau lyrique, tout animé par l’enthousiasme patriotique du poète.

Une démarche
Avec ce troisième projet « hors les murs », l’Odéon fait à nouveau le premier pas, offrant au plus grand nombre une chance de rencontrer l’art de la scène. À tous ceux qui ne viennent pas encore au théâtre, l’Odéon propose un rendez-vous sur les lieux mêmes de leur vie quotidienne. L’espoir est grand qu’après cette expérience, chacun puisse s’aventurer sur le terrain d’un grand théâtre en se sentant chez soi.
Ce « théâtre d’intervention » est donc une véritable invitation au voyage dramatique. Sans abandonner son énergie et son exigence artistique, Olivier Py crée une forme souple, spécialement conçue pour être présentée dans les établissements scolaires, les locaux associatifs, les entreprises, ou dans tout autre espace pouvant réunir une petite heure durant la parole et l’écoute.




La parole doit être exacte.
Eschyle

Olivier Py a de la suite dans les idées autant que dans les admirations. D’Eschyle, il a déjà monté au cours des trois dernières saisons la trilogie de L’Orestie en version intégrale, puis Les Sept contre Thèbes et Les Suppliantes sous une forme réduite dont il signe le texte et l’adaptation. Il s’attaque à présent aux Perses, toujours dans l’esprit de ce «théâtre d’intervention » qui permettra aux quelques interprètes de ce spectacle de le présenter, ainsi que les deux précédents, dans des lieux où le théâtre ordinaire ne peut s’aventurer : salles des fêtes, établissements scolaires, comités d’entreprise… Les Sept, dans la vision qu’en offre Olivier Py, montre un homme déchiffrant les images de l’épouvante que l’ennemi brandit aux portes de la cité assiégée, et qui en déjoue les pièges afin d’y puiser de nouvelles raisons d’espérer. Cet homme ne se doute pas encore qu’il lui faudra combattre son propre frère ; le moment venu, brisé d’abord par la nouvelle, il se relève et part rejoindre son destin.



Dans Les Suppliantes, un choeur de femmes fuyant des noces auxquelles on veut les contraindre vient demander asile et protection en terre d’Argos. La situation, sans autre ressort dramatique que les affres des malheureuses, suffit à évoquer des questions aussi essentielles que la violence faite aux femmes, l’exil et le malheur des réfugiés, l’hospitalité comme devoir. Le sujet des Perses, enfin, était fait pour frapper les esprits athéniens : l’aîné des Tragiques y transporte son public au coeur du territoire ennemi. La scène est à Suse, devant le palais royal de Perse. La mère de Xerxès et le choeur des Fidèles attendent le retour du roi – qui ne peut être que triomphal, tant les forces grecques sont inférieures en nombre. Pourtant un sombre pressentiment trouble la reine mère… Eschyle ne s’est pas borné à imaginer les faits qu’il rapporte. Il a lui-même combattu les Perses à Salamine (480 av. J.-C.). Composée huit ans après la bataille, la terrible description des ennemis tombés à l’eau, que les Grecs frappent «comme des thons ou comme un plein filet de poissons», est due à un témoin qui a vu de ses yeux la mer, ce jour-là, prendre la teinte du sang. Mais le poète du camp victorieux laisse ici la parole aux vaincus, dont la défaite devient ainsi un miroir de notre humanité commune. Aveuglement et démesure n’engendrent que désastre : de part et d’autre du gouffre qui semble séparer Grecs et Barbares, des hommes – fous ou sages, braves ou arrogants, rien que des hommes, confrontés à leur mortalité et aux mêmes dures leçons qu’elle inflige à tous, également.
A lire Introduction au théâtre grec antique de Paul Demont & Anne Lebeau,
LGF, 2008



Le metteur en scène

Comédien, dramaturge, metteur en scène, -et même chanteur-, le directeur de l’Odéon (depuis mars 2007) et Olivier Py est un créateur scénique hors norme, véritable poète des planches. Il a certes le sens du drame et rien ne semble lui poser de problème. A la différence d'un Chéreau qui depuis sa Tétralogie wagnérienne, pour le Centenaire de Bayreuth (avec la baguette de Pierre Boulez, en 1976), n'a guère su se renouveler (même pour de la maison des morts et Tristan, et surtout son dernier Cosi, tous d'un statisme théâtral assez ennuyeux), Olivier Py recherche toujours,invente constamment, et trouve souvent des idées visuelles et scéniques spécifiques pour chaque production présentées. En octobre et novembre sur la scène genevoise, son cycle tripartite (Trilogie du diable) l'a démontré récemment, en particulier ses Contes d'Hoffmann, comme aussi son Tristan und Isolde, également "créé" en 2005 à Genève, et qui est repris avec force conviction vocale (ce qui était moins le cas en Suisse) à Angers, Nantes et Dijon d'avril à juin 2009. Enfin n'oublions pas aussi son Pelléas, sujet d'un film documentaire captivant "Le Chant des aveugles" (sortie dans les salle de cinéma en mars 2009), où la scansion des images, comme des flash rétrospectifs immergent le spectateur dans un monde irréel et psychanalytique purement féerique.

Au théâtre Il est né à Grasse en 1965. Olivier Py intègre l’ENSATT à Paris, avant le Conservatoire national supérieur d’art dramatique (1987), tout en suivant des études de théologie à l’Institut catholique. Très tôt, sa propre compagnie de théâtre, "L’inconvénient des boutures" adapte sur les planches ses premiers textes dont Les aventures de Paco Goliard…). L'élan mystique de son théâtre, ce questionnement permanent sur l'être, l'humain, la situation d'exister, le rapport à l'autre l'impose immédiatement parmi les créateurs et les scénographes majeurs de l'espace français, voire européen. A Avignon, ses pièces remportent un engouement qui ne s'est jamais démenti: La Servante, histoire sans fin (1995), Le visage d’Orphée (1997). Sa grand-mère chanteuse lui a révélé la beauté fascinante de l'opéra. Il s'est un temps rêvé en ténor d'opéra, écoutant et réécoutant grâce au disque les grandes voix dans les grandes oeuvres du répertoire. Il était normal qu'il arrive inévitablement à l'adaptation des oeuvres lyriques. En la rencontre s'avère bénéfique, d'une grande richesse poétique, où l'inventivité s'allie à la profondeur mystique et humaniste, sans jamais préférer la facilité du clinquant ou du strictement décoratif.


Les ATP d'Aix ont accueilli
-au Théâtre du Jeu de Paume, Olivier Py et Elisabeth Mazev le 2 Décembre 1993 avec "LES DRÔLES, UN MILLE PHRASES" d'Elisabeth Mazev, mise en scène d'Olivier Py.
- dans divers lieux de la CPA, LES SUPPLIANTES d'Eschyle au cours de la saison 2009/10

Représentations ATP : Divers lieux d'Aix et du pays d'Aix
le 7 Juin 2011, 00H00
le 8 Juin 2011, 00H00
le 9 Juin 2011, 00H00
le 10 Juin 2011, 00H00


Sommaire



Pour toute remarque ou suggestion, merci d'envoyer un mail à : ATPaixenprovence@aol.com

ATP - Aix en Provence © 2001 - 2019