Sommaire

QUE FAIRE ? (LE RETOUR)


De : Jean Charles Massera, Benoît Lambert (and Guests…)
Mise en scène par Benoît Lambert
Avec Martine Schambacher & François Chattot
EN PARTENARIAT AVEC LE THÉÂTRE ANTOINE VITEZ
Mardi 2 avril spectacle à 20h30
Mercredi 3 avril spectacle à 19h
durée 1h30



(pour en savoir plus et voir d'autres photos cliquez sur le titre du spectacle)






Entretien avec Benoît Lambert à propos de QUE FAIRE ? ICI


"Excuse-moi, mais je vois vraiment pas pourquoi tu pourrais pas penser dans ta cuisine."

Cent ans après la parution du célèbre Que faire? de Lénine, un couple dans sa cuisine prend soudain conscience de la vacuité des modes de vie dans les pays de l’hémisphère nord en ce début de siècle. Ils décident alors de faire le tri dans l’Histoire, l’Art et la Pensée : la Révolution française, on garde? et la Révolution russe? et Nietzsche? et Mai 68? et l’Art conceptuel? Tels Bouvard et Pécuchet affrontant les contradictions du néo-libéralisme et de la postmodernité, ils se mettent à l’ouvrage pour trouver une issue. À partir des textes de Jean-Charles Massera, Benoît Lambert a imaginé un ensemble où l’on pourra trouver aussi bien des considérations sur le bricolage que les traces d’un lyrisme politique oublié... Avec ses deux acteurs Martine Schambacher et François Chattot, il explore nos inquiétudes, nos préjugés et nos espoirs à l’intérieur d’une conversation conjugale loufoque ou rêveuse, où des gens ordinaires tentent, dans la confusion ambiante, de reprendre leur vie en main.



Présenté en 2011 au Théâtre National de La Colline, le spectacle avait reçu un accueil enthousiaste.
Le journal Le Monde avait à cette occasion publié cette critique :

Duo explosif pour une pièce loufoque
« Que faire ? », au Théâtre de la Colline, est une fable sur un monde en perte de repères

Si vous voulez voir deux des acteurs les plus fous, les plus libres qui puissent se croiser sur une scène aujourd'hui, courez au Théâtre de la Colline. Couple dans la vie, Martine Schambacher et François Chattot, qui ne sont pas des perdreaux de l'année, n'avaient jamais été réunis sur un plateau de théâtre. Dans Que faire ? (le retour), ils forment un duo explosif, qui est à lui seul un manifeste.
« Que faire ? », se demandait Lénine dans la Russie prérévolutionnaire de 1902. Que faire ?, se demandent deux jeunes gens d'aujourd'hui, l'écrivain Jean-Charles Massera (auteur d'Amour, Gloire et CAC 40 ou de projets multimédias comme Tunnel of mondialisation) et le metteur en scène Benoît -Lambert.
Avec We are la France et We are l'Europe, deux petits spectacles qui ont fait beaucoup parler d'eux, ils s'étaient déjà attaqués, avec une ironie féroce, à la déconstruction du langage et donc de l'idéologie néolibérale.
L'étape suivante consiste à se demander « que faire ? » dans un monde où le politique a perdu la main. Que faire ? Peut-être commencer par rouvrir la boîte à outils, répondent Lambert et Massera dans cette fable philosophique et clownesque d'une drôlerie ravageuse.
Et la boîte à outils, en la matière, c'est la boîte à penser, que l'on avait peut-être un peu oubliée dans un recoin poussiéreux. Tel qu'on le découvre, dans le décor réaliste de leur petite cuisine intégrée en pin des Landes, le couple que forment Martine Schambacher, en pull et collant rouge vif, et François Chattot, en chemise vert pomme, va passer en revue tout notre héritage. De la Révolution française au triomphe des droits de l'homme, en passant par Marx, la révolution russe, Mai 68 ou l'art conceptuel, qu'est-ce qu'on garde ? Qu'est-ce qu'on jette ? Qu'est-ce qui pourrait donner des forces pour un nouvel élan ?
Le spectacle commence de manière assez sage. Martine Schambacher rentre de courses. De son cabas, au milieu des poireaux et des nouilles, elle extrait un livre à la reliure de cuir patinée, et se met à lire : « Il y a quelque temps déjà que je me suis aperçu que, dès mes premières années, j'avais reçu quantité de fausses opinions pour véritables, et que ce que j'ai depuis fondé sur des principes si mal assurés ne pouvait être que fort douteux et incertain... »
Les Méditations métaphysiques, de René Descartes ? On garde. Puis il y aura Le Capital de Karl Marx (on le garde, mais on le met au placard). Le Que faire ? de Lénine, évidemment. Le Carré noir sur fond blanc de Kasimir Malevitch, une performance célèbre de Joseph Beuys (I Like America and America Likes Me), etc., au fil d'un spectacle de plus en plus délirant, qui se transforme en « music-hall de cuisine » déjanté au fur et à mesure que le duo semble gagné par la liberté que lui soufflent ces oeuvres et ces écrits.
Ce n'est pas un hasard si le couple Schambacher-Chattot évoque celui que formait Karl Valentin, le Chaplin allemand du début du XXe siècle, avec sa femme Liesl Karlstadt. Que faire ? s'inscrit dans une tradition du cabaret comme forme politique, et culmine en quelques moments d'anthologie, notamment celui où Martine Schambacher rejoue Semiotics of the Kitchen, une performance filmée de 1975 dans laquelle l'artiste américaine Martha Rosler chorégraphie tous les mouvements effectués par une femme dans sa cuisine.
Le soir où l'on a vu ce spectacle, qui est aussi une (belle) histoire de générations, ceux qui riaient le plus, d'un rire irrépressible, comme débondé par tant de liberté agissante, ce n'étaient pas les vieux gauchistes, mais bien les nombreux jeunes gens présents dans la salle.
Fabienne Darge
Article paru dans l'édition du 21.06.11 du "Monde"













Benoît LAMBERT

Après avoir suivi, de 1986 à 1989, les cours de l’Ecole Nationale d’Art Dramatique de Saint Germain en Laye, Benoît Lambert est élève à l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique de Pierre Debauche (classe de mise en scène). Une poignée de comédiens qui en sont issus participent en 1992 au spectacle Tentative de description d’un dîner de têtes d’après Jacques Prévert.
De cette première mise en scène de Benoît Lambert naît Le Théâtre de la Tentative, un collectif de création composé de comédiens, costumiers, éclairagistes, scénographe, techniciens... Codirigée par Benoît Lambert et le comédien Emmanuel Vérité, la compagnie regroupe de jeunes artistes décidés à affirmer, contre l’esprit mercenaire du temps, leur volonté de travailler ensemble.



Dès lors, Benoît Lambert en signe toutes les mises en scène. En 1995, Les Fourberies de Scapin de Molière permettent de “transformer” ce premier essai théâtral. Ce deuxième spectacle tourne en France et à l’étranger entre 1995 et 1998.
En 1997, la Tentative crée au Festival d’Alès Jours de Colères, un diptyque apocalyptique d’après La Fête de Slawomir Mrozek et Carton Plein de Serge Valletti, poursuivant ainsi son exploration des inquiétudes de fin de siècle. Fin 1998, les comédiens de La Tentative ainsi que d’autres venant d’horizons différents travaillent ensemble sur Lorenzaccio d’Alfred de Musset. En 1999, la compagnie s’implante en Bourgogne et engage un compagnonnage de quatre ans avec la scène nationale de Mâcon. Benoît Lambert y met en scène Pour un oui ou pour un non de Nathalie Sarraute, puis Erik Satie : concert avec notes, concert-spectacle.
Un cycle de travail est inauguré en 1999 avec le feuilleton théâtral en trois volets, traversée onirique de la geste révolutionnaire du siècle : Episode 1 : Prolégomènes (à toute entreprise future qui voudra se présenter comme révolutionnaire) d’après Spinoza encule Hegel de Jean-Bernard Pouy Episode 2 : La conversation interrompue d’après un collage de textes Episode 3 : Le bonheur d’être rouge de Frédérique Matonti et Benoît Lambert
Alternant textes classiques ou contemporains avec des formes plus ouvertes, Benoît Lambert crée notamment Maître Puntila et son valet Mattide Bertolt Brecht, Ça ira quand même, collage de textes, La gelée d’arbre d’Hervé Blutsch, Le Misanthrope de Molière, Meilleurs souvenirs de Grado de Franz Xaver Kroetz...
Benoît Lambert est artiste associé au Théâtre Dijon Bourgogne, Centre Dramatique National

Les ATP ont reçu deux spectacles de Benoît Lambert :
"Les Fourberies de Scapin" de Molière le 19 mars 1998 à l'amphitéâtre de la Verrière
"Lorenzaccio" de Musset les 2 et 3 Février 1999 au théâtre du Bois de l'Aune



Représentations ATP : Théâtre Antoine Vitez
le 2 Avril 2013, 20H30
le 3 Avril 2013, 19H00


Sommaire



Pour toute remarque ou suggestion, merci d'envoyer un mail à : ATPaixenprovence@aol.com

ATP - Aix en Provence © 2001 - 2019