Sommaire

SILENZIO


De : Véronique Caye
Mise en scène par Véronique Caye
Avec (voix/image)Clémentine Baert
Jean-Damien Barbin
Aurélie Bargème
Vanessa Bettane
Cécile Camp
Philippe Château
Joris Frigerio
Andy Gillet
Alexandre Meyer
Pierre Mignard
Anna Mortley
Kaye Mortley
Mathieu Renevret
Alexandre Steiger
Alexandrine Serre
Volodia Serre
Alice Thevenet
Roland Vouilloz
Shasna
Lucéa
spectacle à 19h et 21h00
durée 1h


en partenariat avec Seconde Nature

(pour en savoir plus et voir d'autres photos cliquez sur le titre du spectacle)





Passé le pont, les fantômes, vinrent à sa rencontre »
F.W Murnau Nosferatu, le vampire
Silenzio interroge la nécessité de représentation du réel au théâtre dans un monde dominé par la consommation et le matérialisme. Que reste-t-il du travail des acteurs, de notre rapport «direct » avec eux?
La « présence », qualité de l’acteur dont la force d’évidence échappe à l’articulation du discours, est ici mise en jeu. Silenzio tente de cerner cette part d’insaisissable à une époque où le virtuel ne cesse de gagner du terrain.
Silenzio propose ainsi l’expérience d’un « théâtre sans théâtre ». Les acteurs, réduits à des spectres- vidéos ou voix-, proposent une relecture de textes et de films qui font échos au « théâtre dans le théâtre ». La scène est vide de corps, mais le théâtre se joue. Pour interroger notre présent, Silenzio s’inspire très librement d’un des auteurs classiques et incontournables de notre tradition théâtrale française : Molière, déjà en prise en 1663 avec les difficultés de la création dans L’impromptu de Versailles. Metteur en scène, il dirige la répétition d’une de ses pièces qui doit être jouée dans quelques heures devant le roi. Les acteurs lui reprochent leurs conditions de travail (manque de temps, d’argents, d’arguments...), refusent de répéter et la scène reste vide. Cette méditation de Molière sur les difficultés de créer sert de point de départ à Silenzio, spectacle construit autour de la tentative impossible d’un metteur en scène de créer un spectacle sur le vide. L’action se passe dans le Club Silenzio, théâtre désuet des années 50 -rideau pailleté et orchestration glamour-, où règne le spectre d’une Madame Loyal nommée Die Hexe. Nos comédiens ne sont jamais sur scène puisqu’ils ne veulent pas jouer, on entend leurs voix et leurs présences derrière le rideau de scène, tandis que celle du metteur en scène provient d’une cabine de souffleur. Confronté à ce refus de jouer, le metteur en scène, aidé par Die Hexe, convoque des spectres issus d’oeuvres qui questionnent la notion de « représentation » : Opening Night de Cassavetes, Mulholland Drive de Lynch, Prova d’orchestra de Fellini, Persona de Bergman, Sunset Boulevard de Billy Wilder, L’Illusion comique de Corneille, Hamlet de Shakespeare ou les oeuvres de Marcel Duchamp …
Entre installation et mise en scène du vide, Silenzio utilise toute une panoplie de techniques, empruntées à la virtualité, parfois au cinéma, au théâtre ou à la musique (vidéo, illusion, trucage, machinerie, sonorisation) permettant de donner vie et sens à la scène nue.
C’est un spectacle en négatif, un jeu de miroir du présent à lui-même, du théâtre à luimême, « une nature morte », vanité théâtrale invitant à méditer sur la nécessité de notre art.
La proposition s’appelle Silenzio en référence aux derniers plans du Mépris de Jean-Luc Godard et de Mulholland Drive de David Lynch, films qui questionnent tous deux la notion de représentation du réel.
Véronique Caye







VOIR L'INTERVIEW DE VÉRONIQUE CAYE ICI



Représentations ATP : Pavillon Noir
le 17 Octobre 2013, 19H00
le 17 Octobre 2013, 21H00


Sommaire



Pour toute remarque ou suggestion, merci d'envoyer un mail à : ATPaixenprovence@aol.com

ATP - Aix en Provence © 2001 - 2018