Sommaire

LE BELVÉDÈRE


De : Ödön von HORVATH
Mise en scène par Jacques VINCEY
Avec

Hélène ALEXANDRIDIS, Stanislas STANIC, Guillaume DURIEUX, Jeanne HERRY, Olivier RABOURDIN, Philippe SMITH, Jacques VERZIER

production Compagnie Sirènes en coproduction avec Théâtre Dijon Bourgogne CDN, CDDB Théâtre de Lorient CDN, L¹Hexagone Scène nationale de Meylan, DSN Dieppe Scène nationale, Centre Dramatique régional Théâtre des 2 Rives, Théâtre en Région / Région Haute-Normandie. Avec le soutien de la DRAC Île-de-France ministère de la Culture et de la Communication, et avec la participation artistique du Jeune Théâtre national. Direction de production Emmanuel Magis (Les Petits Ruisseaux) Spectacle créé le 14 décembre 2004 au CDDB-Théâtre de Lorient-CDN.

Texte français Bernard Kreiss, en collaboration avec Henri Christophe

L¹Arche est éditeur du texte représenté, Heinz Schwarzinger agent théâtral

Spectacle en partenariat avec le Théâtre Antoine VItez

ABONNEMENT



L’histoire

Trois personnes « travaillent » dans cet Hôtel du Belvédère, pension minable « située en bordure d’un village d’Europe centrale ». Strasser, le patron, qui prétend sans y croire vraiment lui-même à un passé de vedette de cinéma. Max, le serveur, ex-affichiste promis à un brillant avenir. Karl, le chauffeur, au passé judiciaire plus ou moins avoué, mais qu’on devine encombrant. Tous trois tuent le temps en s’accouplant avec une baronne vieillissante, nymphomane, sadique et alcoolique : Ada von Stetten. Seule cliente de l’hôtel, elle est la « vieille bique qui finance tout ce cirque ». Survient Müller, représentant d’une maison de vins, qui veut récupérer des créances anciennes. Puis Emanuel, baron von Stetten, frère jumeau d’Ada, qui vient la supplier de couvrir des dettes de jeu. Enfin, Christine, jeune femme amoureuse et innocente, qui va bousculer les règles du jeu de cette petite société. Avec la réalité de son amour pour Strasser, et son désir de s’installer au Belvédère, elle remet en cause la « comédie » dans laquelle se sont installés tacitement tous ces personnages. Toutes les énergies convergent alors pour l’expulser de la matrice : une mise en scène implacable et cruelle se met en place, chacun prétendant avoir eu, par le passé, une liaison avec elle. Du « vrai théâtre répété avec soin » qui pousse Christine aux confins de la folie, jusqu’à ce qu’elle avoue avoir hérité de 10 000 marks. Chacun tente alors de s’approprier cette manne inespérée : une valse des masques frénétique, chacun prétendant à une vérité définitivement rongée par le mensonge. Christine repart seule, à l’aube.

L'auteur

Au fil des dix-huit pièces qu’il écrit entre 1923 et 1938, Horváth dresse une sorte de chronique dramatique de ces temps de crises où rampe le fascisme. Il brouille la ligne de démarcation établie entre l’ordinaire et l’étrange, entre le réalisme et l’ironie, entre la comédie et la tragédie. Il décentre le conflit dramatique pour le faire ressurgir partout, disséminé dans les chocs entre le conscient et le subconscient des personnages. Ces chocs affleurent en particulier dans l’ordre du langage, qui peut glisser très vite de la trivialité au jargon cultivé, traduisant le malaise intime des protagonistes, petits-bourgeois consommés ou empêchés, caractéristique de l’humanité moderne selon l’auteur.

Le metteur en scène : Jacques Vincey

Metteur en scène et comédien, fondateur de la Compagnie Sirènes En 1987 et 1988, il monte deux spectacles d’après Robert Desnos, La Place de l'Etoile et Jack’s Folies, aux Bouchons. En 1992, il réalise un court-métrage C'est l'Printemps ? En 1995, il fonde la Compagnie Sirènes. En 1997, création d’Opéra Cheval, une pièce de Jean-Charles Depaule, au Festival Turbulences à Strasbourg. Le spectacle est repris en tournée et au Théâtre de l'Echangeur à Bagnolet en 1998. Il met en scène et joue Erotologie classique pour le Festival Trafics à Nantes en 1997. En 1999, collaborateur artistique de Muriel Mayette pour Chat en poche de Feydeau à la Comédie-Française (Théâtre du Vieux Colombier). Reprise en mai 2000. En mars 2001, co-mise en scène avec Muriel Mayette de Les Danseurs de la pluie de Karin Mainwaring (création) à la Comédie-Française (Vieux Colombier). En novembre 2001, création de Gloria de Jean-Marie Piemme à la Ménagerie de Verre à Paris. Le spectacle est programmé en mai au Festival Frictions à Dijon puis en juillet au Festival d’Avignon In. Au cours de l’été Gloria est repris au festival de Pierrefonds puis à La Mousson d’Eté. En 2001 et 2002, assistant à la mise en scène d’André Engel pour Leonce et Lena de Büchner et pour Le Jugement dernier de Horváth présentés au Théâtre de l’Odéon. Mandaté par l'AFAA en 2000 et 2001, il travaille à Rio de Janeiro sur la création au Brésil de Saint Elvis de Serge Valletti. Coproduit par le Centre Dramatique National de Savoie et Bonlieu Scène Nationale Annecy, le spectacle est créé à Rio le 14 novembre 2002 dans le cadre de Tintas Frescas (Saisons de Théâtre français contemporain en Amérique latine) et du festival Rio Cena Contemporanea, puis tourne au Brésil au printemps 2003. Le spectacle tourne en France au printemps 2004 à Annecy (BSN), Limoges (Théâtre de l’Union) et Grenoble (CARGO/Festivalletti). Comédien, il a joué au théâtre sous la direction de Patrice Chéreau (Les Paravents), Bernard Sobel (La Charrue et les Etoiles, Hécube), Robert Cantarella (Baal, Le Voyage, Le Siège de Numance, Le mariage, l’affaire et la mort, Algérie 54-62), Luc Bondy (L'Heure où nous ne savions rien...), André Engel (Leonce et Lena, Le Jugement dernier), Gabriel Garran, Laurent Pelly, Hubert Colas... Au cinéma et à la télévision, il a tourné notamment avec Arthur Joffe, Peter Kassowitz, Alain Tasma, Luc Beraud, Nicole Garcia, Christine Citti, Alain Chabat, François Dupeyron...


Ödön von HORVATH



Représentations ATP : Théâtre Antoine Vitez
le 11 Avril 2006, 20H30
le 12 Avril 2006, 20H30


Sommaire



Pour toute remarque ou suggestion, merci d'envoyer un mail à : ATPaixenprovence@aol.com

ATP - Aix en Provence © 2001 - 2019