Sommaire

GERTRUD


De : Hjalmar Söderberg
Mise en scène par Jean-Pierre BARO
Avec Jacques Allaire
Cécile Coustillac
Elios Noël
Tonin Palazzotto
Michèle Simonnet



L’auteur Hjalmar Söderberg
Né le 2 juillet 1869 à Stockholm, Hjalmar Söderberg demeure un des auteurs de premier rang dans les pays scandinaves, mais ses écrits étaient très controversés, et souvent condamnés, au début de sa carrière. Égarements (1895), son premier roman, lui valut d’être accusé de pornographie et d’être surnommé «förfarare» «suborneur» de la jeunesse. Il raconte l’histoire d’un jeune étudiant qui fréquente en même temps une fille de boutique et une aristocrate. Son deuxième roman, La Jeunesse de Martin Birck (1901), déclencha une histoire d’amour passionnée entre Söderberg et une admiratrice mariée, Marie Von Platen, dont on retrouve des traces dans Docteur Glas (1905) et dans la pièce Gertrud (1906). En 1907, Söderberg s’est exilé à Copenhague où cet auteur essentiellement suédois passa la plupart du reste de sa vie. Après son dernier roman Le Jeu Sérieux, Hjalmar Soderberg se tourna vers le journalisme et les recherches religieuses dans des œuvres comme Jésus Barabbas et Le Messie Transformé. Entre les deux guerres il devint un pourfendeur fervent du nazisme. Selon son propre témoignage, Söderberg ne s’est jamais entièrement remis de son histoire d’amour avec Marie Von Platen qui lui a inspiré sa pièce Gertrud.
Gertrud paraît un an avant les pièces de chambre de Strindberg (Orage, La maison brulée, La sonate des spectres, Le pélican) mais Söderberg devait se sentir assez étranger au théâtre mystique ou symboliste de la dernière période de son grand aîné. Il ne doit guère avoir apprécié non plus la violence des pièces naturalistes comme Mademoiselle Julie. Chez Söderberg tout se passe dans un milieu plus feutré, l’humour n’est pas dépourvu de tendresse – au lieu d’être féroce comme chez Strindberg. Gertrud se trouve beaucoup plus dans la lignée du théâtre d’Ibsen, avec quelque chose de plus moderne, de plus enjoué – le ton moins grave, plus septique. Ce n’est pas le mécanisme révélation - jugement qui joue, le malheur ne frappe pas comme la foudre – on dirait que, de tout temps, il est installé derrière la façade souriante et « sage », au fond de cœur inquiet.

Le metteur en scène : Jean-Pierre BARO :
Comédien et metteur en scène formé à l’ERAC, il joue sous la direction de Jean-Pierre Vincent, Gildas Milin, Thomas Ostermeier, David Lescot, Lazare, Jacques Allaire... Il dirige Extime Cie, et met en scène L’épreuve du feu de Magnus Dahlström, L’Humiliante histoire de Lucien Petit de Jean-Pierre Baro, Léonce et Léna / Chantier d’après Georg Büchner, Je me donnerai à toi toute entière d’après Victor Hugo, Ok, nous y sommes d’Adeline Olivier… En 2011, il crée Ivanov [Ce qui reste dans vie…] d’après Anton Tchekhov et en 2013, Woyzeck [Je n’arrive pas à pleurer] d’après Georg Büchner (CDN d’Orléans, Le Monfort théâtre...). Gertrud d’après Hjalmar Söderberg est crée en Novembre 2014 au CDN d’Orléans. Il enseigne et mène régulièrement des stages et ateliers professionnels, notamment au Conservatoire d’Orléans, au CNAC, à l’ERAC. Il est artiste associé au Théâtre de Sartrouville et des Yvelines – CDN depuis janvier 2013. Extime cie est conventionnée par la DRAC Île-de-France.

La pièce (*) :
Gertrud, femme belle, ardente et éprise d'absolu, ex-diva, quitte son mari Gustav, avocat éminent, parce que leur relation ne lui convient plus (ils s'étaient mutuellement promis, avant leur mariage, de se séparer si leur amour ne convenait plus à l'un d'eux, ce qui est maintenant le cas pour Gertrud : la relation est devenue trop tiède à son gré) et parce qu'elle aime passionnément Erland Jansson, jeune et très talentueux compositeur. S'apercevant que pour ce dernier elle ne représente qu'une aventure, elle décide de le quitter et de partir. Elle revoit Gabriel Lidman, poète célèbre, son ex-amant (qu'elle avait quitté lui aussi parce que son amour pour elle n'était pas assez absolu, à la suite de quoi elle avait épousé Gustav) qui lui propose de partir avec lui à Rome, où il réside.…

(*) Le grand cinéaste danois Carl Theodor Dreyer en 1964 a réalisé son dernier film d’après la pièce de Söderberg.

Représentations ATP : Théâtre du jeu de Paume
le 15 Mars 2016, 20H00


Sommaire



Pour toute remarque ou suggestion, merci d'envoyer un mail à : ATPaixenprovence@aol.com

ATP - Aix en Provence © 2001 - 2019