Sommaire

L’ÉCOLE DES FEMMES


De : Molière
Mise en scène par Christian Schiaretti
Avec Robin Renucci (Arnolphe)
Jeanne Cohendy (Agnès)
Maxime Mansion* (Horace)
Jérôme Quintard* (Alain)
Laurence Besson* (Georgette)
Patrick Palmero (Chrysale)
Thomas Fitterer (Henrique)
Philippe Dusigne (Oronte)
(* la troupe du TNP)



La pièce
L’argument
Arnolphe, qui se fait appeler par snobisme aristocratique Monsieur de la Souche, se fait fort de prouver par l’exemple qu’il a trouvé le moyen absolu d’avoir la meilleure épouse au monde et de n’être jamais trompé. Pour ce faire, il a élevé à l’abri du monde sa pupille, Agnès, la gardant dans l’ignorance la plus totale de l’amour et de l’éducation, cloîtrée intellectuellement, enfermée physiquement comme une marchandise dans un coffre-fort. Il pense que son ignorance lui garantira une totale obéissance quand il l’épousera. Agnès, en toute innocence, ne se doute absolument pas des calculs de son tuteur ni de ce projet matrimonial. Leur différence d’âge fait qu’elle le voit comme un père et non comme un futur époux. La voici devenue jeune femme. Sans comprendre ce qui lui arrive, elle tombe amoureuse d’un jeune homme, Horace, qui l’a aperçue à sa fenêtre. Amour immédiat et partagé. Horace, par hasard, prend comme confident de son amour Arnolphe. Quant à Agnès, elle fait de rapides progrès. L’amour lui donne une malice involontaire, de l’intelligence, et pour finir des ailes ! Elle va trouver le moyen d’échapper à l’emprise d’Arnolphe, qui, pris dans les entrelacs de son propre complot et dépité par l’échec de sa théorie, réalise, trop tard, qu’il est profondément amoureux d’Agnès.

Le contexte de la création
L’École des femmes est la première comédie en cinq actes et en vers de Molière. La pièce fut représentée pour la première fois à Paris, sur le Théâtre du Palais-Royal, le 26 décembre 1662, par la Troupe de Monsieur, Frère Unique du Roi. Molière jouait Arnolphe, il avait quarante ans. La pièce a immédiatement un très grand succès tant auprès du grand public du parterre qu’auprès du Roi et de la Cour. Ce succès déclencha une querelle, et même un scandale, querelle à laquelle Molière répondit avec élégance en écrivant et faisant représenter La Critique de L’École des femmes. 1662, c’est l’année où il épouse Armande Béjart, fille, ou sœur, nous ne le saurons jamais, de Madeleine Béjart, partenaire, compagne et complice de la première heure. C’est elle qui a fait entrer le jeune Jean-Baptiste Poquelin dans le monde du théâtre. Dans le tollé soulevé par la pièce à la création, on pouvait compter sur les doigts de la main les voix isolées des amis de Molière ! La seule à sonner haut et fort fut celle de Boileau, penseur et homme de lettres. Il écrivit, en 1663, pour défendre Molière un texte en vers, Stances à Monsieur Molière sur sa comédie de L’École des femmes que plusieurs gens frondoient.

Le metteur en scène, Christian Schiaretti
Christian Schiaretti est nommé en 1991 a la tête de la Comédie de Reims qu’il dirige pendant onze ans. En 1998, il fonde avec Jean-Pierre Siméon, Les Langagières. Directeur du TNP depuis janvier 2002, il présente Mère Courage et ses enfants et L’Opéra de quat’sous de Bertolt Brecht, Père de August Strindberg, L’Annonce faite a Marie de Paul Claudel, 7 Farces et Comédies de Molière, Philoctète de Jean-Pierre Siméon, Siècle d’or - Don Quichotte de Miguel de Cervantes, La Célestine de Fernando de Rojas, Don Juan de Tirso de Molina. Mai 2011, création à La Colline -Théâtre national du diptyque, Mademoiselle Julie et Créanciers de August Strindberg. En juin 2011, création de Joseph d’Arimathie, première pièce du Graal Théâtre de Florence Delay et Jacques Roubaud, puis en juin 2012, il cosigne la mise en scène de Merlin l’Enchanteur, la deuxième pièce du Graal Théâtre avec Julie Brochen. Pour l’inauguration du nouveau Grand théâtre, il crée Ruy Blas de Victor Hugo, le 11 novembre 2011. À l’automne 2012, il crée Mai, juin, Juillet de Denis Guénoun, puis en février 2013, Le Grand Theatre du monde suivi de Procès en séparation de l’Ame et du Corps, deux actes sacramentels de Pedro Calderon de la Barca. Christian Schiaretti crée avec Les Tréteaux de France, L’École des femmes de Molière. Pour sa mise en scène de Coriolan de William Shakespeare, il reçoit le Prix Georges-Lerminier 2007, le Prix du Brigadier 2008, le Molière du Metteur en scène et le Molière du Théâtre public 2009. Enfin pour Par-dessus bord de Michel Vinaver, Christian Schiaretti reçoit le Grand Prix du Syndicat de la Critique pour le meilleur spectacle de l’année 2008. Christian Schiaretti est président des Amis de Jacques Copeau et a été président de l’association pour un Centre Culturel de Rencontre à Brangues. Dès son arrivée au TNP, il entame une étroite collaboration avec l’ENSATT et met en scène, avec les élèves des différentes promotions, Utopia d’après Aristophane (2003), L’Epaule indifférente et La Bouche malade de Roger Vitrac (2004), Les Aveugles, Intérieur, La Mort de Tintagiles de Maeterlinck (2006), Les Visionnaires de Jean Desmarets de Saint-Sorlin (2007), Hippolyte et La Troade de Robert Garnier (2009).

Le Directeur des Tréteaux de France, Robin Renucci
Robin Renucci a découvert le théâtre en participant à des stages de réalisation organisés par des conseillers techniques et pédagogiques du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Il a été élève successivement de l’Atelier-École Charles Dullin et du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique. Au théâtre, il joue sous la direction de nombreux metteurs en scène dont certains des plus grands : Marcel Bluwal, Roger Planchon, Patrice Chéreau, Antoine Vitez, Jean-Pierre Miquel, Jean Mercure, Lambert Wilson, Serge Lipszyc. Il a aussi adapté et interprété Le Pianiste de Wladislaw Spilman et a joué Si tu mourais de Florian Zeller à la Comédie des Champs-Elysées. Il a joué dans Ruy Blas de Victor Hugo mis en scène par Christian Schiaretti avec la troupe du TNP. Il interprète Don Salluste. Le spectacle est repris en itinérance par les Tréteaux de France pour la saison 2012-2013.
Au cinéma, il tourne pour Christian de Challonge, Michel Deville, Diane Kurys, Gérard Mordillat, Jean-Charles Tachella, Claude Chabrol, Philippe le Guay, Axel Corti, Laurent Heyneman, Diane Kurys, Alain Bévérini, Bernardo Bertolucci, Jean-Pierre Mocky, Jean-Paul Salomé... Il réalise en 2007 son premier long métrage pour le cinéma Sempre vivu !.
À la télévision, il joue pour Pierre Boutron, Nina Companeez, Alain Tasma, Joyce Buñuel, Luc Béraud, Laurent Jaoui, Philippe Tribois, Jean-Pierre Mocky... Il tourne actuellement la cinquième saison du Village français. Il a réalisé pour TF1 et Canal Plus La Femme d'un seul homme avec Clémentine Célarié, Didier Sandre et Barbara Schulz et le film publicitaire La Marelle pour l'association Enfance et Partage. Fondateur et président de l’A.R.I.A en Haute-Corse, il y organise depuis 1998 les Rencontres Internationales de Théâtre en Corse. Il est président du conseil d’administration de l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (Lyon) et professeur au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique. Depuis Juillet 2011, il est directeur des Tréteaux de France, Centre Dramatique National.

Les ATP d’Aix ont accueilli deux mises en scène de Christian Schiaretti :
La mort d’un chien d’Oscar Panizza en 1986 et La Jeanne de Delteil de Joseph Delteil en 2011

Représentations ATP : Théâtre Vitez
le 2 Mai 2016, 20H30
le 3 Mai 2016, 20H30


Sommaire



Pour toute remarque ou suggestion, merci d'envoyer un mail à : ATPaixenprovence@aol.com

ATP - Aix en Provence © 2001 - 2018