Sommaire

POURQUOI MES FRERES ET MOI ON EST PARTIS


De : Hédi Tillette de Clermont Tonnerre
Mise en scène par Vincent Primault


Avec

Rodolphe POULAIN

David MIGEOT

Stéphane DAURAT

Fred CACHEUX

spectacle à 21h - durée 1h30

Coproduction : Fédération des Associations de Théâtre Populaire - CNES, La Chartreuse de Villeneuve les Avignon

SPECTACLE EN PARTENARIAT AVEC LE THÉÂTRE DES ATELIERS

(pour en savoir plus et voir les photos cliquez sur le titre du spectacle)



L'AUTEUR : HEDI TILLETE DE CLERMONT-TONNERRE


Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre est né à Paris le 24 mai 1974. Après des études d'histoire il s'intéresse au théâtre, et est admis à l'école du théâtre du Rond-Point dirigé par Marcel Maréchal. C'est à son entrée au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique en 1997 que Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre se met à écrire du théâtre. Poussé par certains professeurs (Dominique Valadié, François Regnault, Marcel Bozonet), il monte ses premières pièces avec des élèves-comédiens de sa promotion. A sa sortie, il fonde le Théâtre Irruptionnel qui rassemble une troupe d'acteurs autour de son écriture. Le Jeune Théâtre National accueille sous forme de maquette la suite des travaux de la compagnie qui peu a peu se fait remarquer par le milieu professionnel. Une série de nouveaux textes sera donnée au CDN de Reims, au théâtre de Sartrouville et au théâtre des quartiers D'Ivry.

Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre a déjà créé sa première pièce Marcel B. au CDN de Bourges, puis à Paris au théâtre de la Cité Internationale (mai 2005). Marcel B. est la première pièce écrite par Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre.

Elle est inscrite au répertoire de l'ANETH. "Nous avons été sensible à votre pièce très inventive, qui repose sur un vrai projet de théâtre désencombré de morale .Les différents univers se croisent : tout finit par se recouper et les moyens utilises sont simples, sans maniérisme. La langue est claire et nerveuse et crée la surprise dès le début de la pièce. Nous serions donc heureux de faire figurer la pièce dans notre répertoire 2003 "Lettre de L'ANETH, décembre 2002.

Le texte a reçu un prix décerné par la fondation Beaumarchais en 2004, il fut également lauréat du concours des journées des auteurs de théâtre à Lyon en mars 2003. La pièce est parue aux éditions des Solitaires Intempestifs en avril 2004.

Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre lit de larges extraits du texte dans le cadre du Marathon d'auteurs au Festival Friction, au CDN de Dijon, en mai 2003. Ces extraits seront diffusés sur France Culture dans l'émission Perspectives Contemporaines. Dernièrement, la Comédie Française a organisé une présentation d'un montage de ses textes, dans le cadre des Cartes Blanches sur un auteur au Studio théâtre.

Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre est aussi comédien. Son écriture est sans cesse en mouvement du fait de sa confrontation d'acteur avec les grands auteurs classiques (Shakespeare, Goldoni, Molière, Caldéron...), dans des mises en scène de Lukas Hemleb, Jean-Louis Benoit, Jean-Pierre Vincent. Il aime travailler sur les différentes formes dramaturgiques du théâtre, pour y développer des thèmes récurrents : La famille, le sens de l'histoire et l'absurde de notre société. Le fil narratif est souvent ténu, elliptique et souterrain; La digression, l'à-côté, le futile sont eux mis en lumière. L'écriture se veut machine à jouer. Elle s'appuie sur la ponctuation, les respirations-ruptures et sur l'écriture en jeu ; c'est-à-dire la possibilité pour l'auteur d'écrire en direct avec ses acteurs.

LE METTEUR EN SCENE : VINCENT PRIMAULT


Vincent Primault a été formé à l’école de la ‘Rue Blanche’ (Ensatt, promo 99). Il a travaillé entre autres avec Andrezj Seweryn dans Le mal court de Audiberti (Comédie Française), La nuit des rois (Comédie Française), Les trois sœurs de Tchékhov (Théâtre de Lyon); avec Stéphane Daurat dans Des souris et des hommes d’après Steinbeck (Avignon, tournée) ; avec Catherine Hauseux dans La marelle de Horovitz (Théâtre du Cabestan, tournée); avec François Roy dans Roméo et Juliette de Shakespeare ; avec Philippe Henri dans La nuit juste avant les forêts de Koltès (Théâtre de Grenoble) ; avec Nada Strancar dans Les Cancans de Goldoni (Théâtre de Lyon) ; avec Laurent Pelly dans La vie en rose (CDN des Alpes) ; avec Michel Raskine dans La maison d’os de Dubillard (Lyon).

Au cinéma, ou à la télévision, on l’a vu notamment dans Marcel and co (rôle principal) de Arnaud Ladagnous, Boulevard du palais de Jacques Malaterre, La grande muette de Christophe Lepretre, Le commissaire moulin de Klaus Biderman,…

Il a mis en scène Saint-Elvis de Serge Valetti à Lyon (Ensatt), La Fête de Mrozeck (tournée Bretagne, reprise Paris), Les Rats de Israël Horovitz Théâtre du Cabestan, et tournée.

Vincent Primault rêve depuis longtemps d’une nouvelle forme de spectacle, d’un processus de création qui distribue différemment les rôles du texte et des acteurs, au cours de la période de répétition…

Le rêve est devenu un projet, et après plusieurs mois de travail, il devient une proposition concrète.

Du théâtre d’acteur, où la jubilation insufflée par le metteur en scène, au moment des répétitions, soit la jubilation des acteurs entre eux, au moment du jeu, et que naturellement, cette jubilation se transmette au public.

NOTE D’INTENTION :

Voici comment est né Pourquoi mes frères et moi on est partis.

Ma première volonté dans ce projet était de réunir une équipe, je ne sais pas travailler seul... J’ai contacté quatre comédiens hommes, avec lesquels j’avais très envie de collaborer depuis un bon moment. Tous ont eu des parcours différents, Conservatoire National, rue Blanche, TNS et autres... Je voulais confronter nos idées, nos acquis, nos doutes. Qu'avions-nous appris dans ces écoles et quel enseignement avions-nous gardé de tout cela ?

Nous nous sommes réunis à la Comédie Française, puisque j'avais la chance de pouvoir bénéficier d’une salle de répétition, étant à l'époque pensionnaire auxiliaire dans La nuit des rois . Nous avons travaillé là un mois... L’idée que j’avais sur le travail à faire avec ces acteurs était très précise… Ils étaient là, disponibles.

J'ai alors commencé à les mettre en jeu à partir de" l’organique ", sur l’importance de prendre connaissance et de se rapproprier son corps.

Chaque matin avant les répétitions, nous sommes allés courir puis suivait un échauffement. Pour certains ce fut dur, mais je mettais un point d'honneur à ce que nous prenions conscience de l'outil que nous devenions pour un metteur en scène, lorsque l'on se prépare ainsi. Travailler sur l'organique de chacun n'était cependant pas une préparation mais déjà une étape importante du travail. Elle était celle qui permettait de trouver la neutralité et ainsi d’appréhender en douceur le travail d'un rôle, d'un personnage. C'était aussi une force évidente pour constituer un groupe, le rendre unique et homogène.

Voici ce qu’était mon premier axe de travail.

Ensuite nous nous sommes efforcés pendant une semaine, de ne pas parler sur le plateau... C’est-à-dire que le langage de la parole était interdit. Nous avons travaillé sur des propositions, des exercices d’improvisations basés sur différents modes de communication autres que la parole... peut être pour mieux apprivoiser et appréhender le premier mot qu'il faudra dire. Je voulais par ce biais, que ces comédiens me racontent leur histoire et que l'on confronte nos univers et nos différences... Je fus agréablement surpris du résultat. Tous ont joué le jeu.

C'était là le second axe de travail que je souhaitais entreprendre avec eux.

Après dix jours de recherche, on pouvait commencer à sentir « une bonne odeur de cuisine ». Je veux dire par là que tout le monde prenait plaisir à ce petit travail de laboratoire. À ce moment précis, je décide de faire intervenir la parole dans nos exercices ... Et pour cela je présente à l'équipe Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre, l’auteur.

Chaque matin Hédi vient nous observer d'abord, puis très vite il s’investit dans le travail en nous donnant la matière manquante, la parole.

Lui aussi joue le jeu. Très à l'écoute de chacun, il écrit abondamment et nous emmène dans des univers à la fois absurdes et burlesques, parfois tragiques.

Une très belle poésie émane de tout ce travail. Nous touchons à la sensibilité de chacun. Tous se remettent en cause et un grand respect de l’autre surgit de tout cela.

Au total près de quarante saynètes dans des genres différents sont travaillées après trois semaines de répétitions.

Il me manque encore une chose " le lien", l'histoire que l'on veut raconter... celui-là même qui constitue mon troisième axe de travail.

Après trois ou quatre semaines, le petit laboratoire prend fin, chacun de nous devant retourner à d'autres occupations. Hédi Tillette me fait alors une proposition qui pour moi est au-delà de toute espérance. Avant tout il me demande un peu de temps, car ce petit « laboratoire » lui a donné beaucoup d'idées, avec en particulier l’envie de réunir ce qu'il a observé tout au long de ce travail dans une histoire exclusivement écrite pour ces quatre acteurs.

Un mois plus tard au retour de la Chartreuse (cnes), Hédi nous livre cette pièce magnifique Pourquoi mes frères et moi on est partis. C'est donc ainsi qu’elle a vu le jour et c'est pourquoi elle respire autant de contrastes, de saveurs multiples et étrangères. Hédi s'est servi de son vécu pour parler des autres.

C'est ainsi que je perçois l’activité théâtrale dans laquelle nous avons envie de nous inscrire aujourd’hui. L'acteur est un outil formidable qui a évolué depuis deux cents ans, le puits est intarissable et peut révéler encore de formidables découvertes pour se mettre au service d'une oeuvre, d'une histoire.

Nous sommes proches d’un grand réalisme parfois social dans cette pièce. Nous sommes partis du neutre pour courir vers le lyrisme, peut-être même la poésie. Ce texte est au carrefour des rencontres des genres qui mêle le réalisme, le questionnement de l'homme face à son avenir. Le rêve de croire à des lendemains meilleurs. Tout notre travail avec les acteurs, auteur et metteur en scène est fondé sur cette construction d'un rêve éphémère qui a pour seul but celui de redonner l'espoir.

LES ACTEURS

FRED CACHEUX


Formé au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique, promo 98. Il a travaillé entre autres avec Daniel Mesguich, Catherine Hiegel, Catherine Marnas ; avec Alexandre Semjonovic dans Les Colonnes de Buren (tournée France et étranger); avec Jacques Nichet dans Le jour se lève, Léopold de Valetti (TNT, Toulouse) ; avec Marc Le Glatin dans Le Corps et la Fable du ciel de Supervielle (Maison de la Poésie) ; avec Lukas Hemleb dans Loué soit le progrès de Motton (Odéon, Tournée) ; avec David Maisse dans Guybal Velleytar de Witkiewicz (Maquette JTN, Odéon) ; avec Anne Alvaro dans L’Ile des esclaves de Marivaux (CDN de Savoie) ; avec Laurent Pelly dans C’est pas la vie ? (CDN de Grenoble, Tournée) ; avec Isabelle Janier dans Roméo et Juliette de Shakespeare (Amiens, Tournée) ; avec Jorge Lavelli dans Le désarroir de M. Peters de Miller (Théâtre de l’Atelier) ; avec Alain Françon dans Ivanov de Tchekhov, et dans e de Daniel Danis (Théâtre National de la Colline). Il a mis en scène Mojo de Jez Butterworth (Clichy, La Tempête, Chelles, Grenoble, …).

STEPHANE DAURAT

Formé au Conservatoire, promo 98 (Jeune Talent ADAMI 98). Il a travaillé entre autres avec Yann Policar dans Stand de tir de Horovitz (Avignon, Tournée) ; avec Catherine Hauseux dans Histoire de vivre de Saugeon (Avignon, Tournée) ; avec Muriel Mayette dans Clitandre de Corneille (Comédie Française) ; avec Arnaud Perrel dans Le médecin malgré lui de Molière (Villeneuve St Georges) ; avec Jean-Pierre Vincent dans Léo Burckart de Nerval (Comédie Française) ; avec Georges Bécot dans Dom Juan de Molière, dans Une Demande en Mariage (Paris-Pareds), dans La chute des anges (Festival de Sarlat) ; avec Luc Texidor dans Marie Stuart de Schiller (Théâtre Valhubert), etc… Stéphane Daurat a mis en scène Occupe-toi d’Amélie de Feydeau (Avignon, Tournée), Didier R.A.S. de Saugeon (Aktéon Théâtre), Des souris et des hommes de Steinbeck (Avignon, Tournée), Pas de fleur pour Maman de Saugeon (Avignon, Cannes), etc… A l’écran, il a travaillé sous la direction de Jean-Claude Izzo, Richard Dembo,… Il prête sa voix pour des doublages, et anime de nombreux stages et ateliers.

RODOLPHE POULAIN


Formé au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, promo 1999. Il a travaillé entre autres avec Stéphane Daurat dans Occupe-toi d’Amélie de Feydeau (Avignon, tournée), Des souris et des hommes de Steinbeck (Avignon, tournée) ; avec Jacques Lassalle dans La vie de Galilée de Brecht (Théâtre National de la Colline, Nice, Tournée) ; avec Vincent Primault dans La Fête de Mrozek (tournée Bretagne, reprise Paris) ; avec Klaus Mickaël Gruber dans Les géants de la montagne de Pirandello (Festival d’Automne) ; avec Alexandre Semjonovic dans Serrer les Bas de Dubljeck (Sofia, tournée Bulgarie) ; avec Pascal Larue dans En attendant Godot de Beckett (Le Mans),…

DAVID MIGEOT


Formé au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, promo 99. Il a travaillé entre autres sous la direction de Raymond Aquaviva ; de Klaus Mickaël Gruber dans Les géants de la montagne de Pirandello (Festival d’Automne) ; avec Stéphane Daurat dans Occupe-toi d’Amélie de Feydeau (Avignon, tournée), Des souris et des hommes de Steinbeck (Avignon, tournée) ; avec Frédéric Bellier-Garcia, dans Verlaine Paul (Marseille), dans Biographie : un jeu de Max Frisch (Aubervilliers, Tournée) ; avec Fred Cacheux dans Mojo de Butterworth (Théâtre de la Tempête, Théâtre Rutebeuf de Clichy, Grenoble) ; avec Jacques Osinski dans L’ombre de Mart de Dagerman (Combs-la-ville, Aquarium, Tournée) ; avec Catherine Hauseux dans Histoire de vivre de Saugeon (Avignon, Tournée) ; avec Catherine Hiegel dans La bataille de Vienne de Turrini. Au cinéma, ou à la TV, on l’a vu notamment sous la direction de Claire Denis, de Cédric Condom, de Jean-Marc Montout, de Bernard Stora, …

Représentations ATP : Théâtre des Ateliers
le 19 Mars 2007, 21H00
le 20 Mars 2007, 21H00
le 21 Mars 2007, 21H00


Sommaire



Pour toute remarque ou suggestion, merci d'envoyer un mail à : ATPaixenprovence@aol.com

ATP - Aix en Provence © 2001 - 2019