Sommaire

MISHELLE DI SANT'OLIVA et VITA MIA


De :
Emma Dante
Mise en scène par
Emma Dante
Avec

avec enzo di michele, giacomo guarneri, ersilia lombardo et alessio piazza (vita mia),

giorgio li bassi et francesco guida (mishelle)

production sud costa occidentale

représentation à 19h30 Mishelle di Sant'Oliva & 21h30 Vita Mia

durée du spectacle : 50' chacun

Ces deux spectacles font l'objet d'une tarification spéciale et sont indissociables

spectacle en italien et palermitain surtitré

EN PARTENARIAT AVEC LE THÉÂTRE ANTOINE VITEZ
(pour en savoir plus et voir d'autres photos cliquez sur le titre du spectacle)

POUR RESERVER : 04 42 26 83 98




VITA MIA


Huitième élégie
Qui nous a bien retournés, que de la sorte
nous soyons, quoi que nous fassions, dans l’attitude
du départ ? Tel celui qui, s’en allant, fait halte
sur le dernier coteau d’où sa vallée entière
s’offre une fois encor, se retourne et s’attarde,
tels nous vivons en prenant congé sans cesse
Rainer Maria Rilke



Nous entrons dans une pièce vide avec un lit au centre. Nous nous demandons ce qu’est ce lit : un refuge ? une paresse paisible ? une fin ?
Il y a un voyage dans le temps et dans l’espace autour de ce catafalque et ce qui met tout en mouvement est une chose que nous ne pouvons pas comprendre. La pièce dans laquelle nous entrons est un trou sur le rien. C’est l’endroit où pour un instant l’âme est suspendue dans l’air avant de se détacher du corps.
Une mère regarde avec des yeux doux et tristes ses trois fils devant elle et leur enseigne que la vie est la chose la plus précieuse, c’est quelque chose qui fuit, qui passe. La vie est une course autour de ce lit. Vita mia est la tentative folle et désespérée de retarder jusqu’au bout de ses forces la dernière danse avant la mort.
Qui a été choisi ? A qui le tour ? Au plus âgé ou au plus jeune ? Au plus gentil ou au plus méchant ? Et surtout pourquoi c’est au tour de celui qui n’est pas encore prêt, de celui qui ne s’est pas encore arrêté, de celui qui garde dans son corps les impulsions de la vie, les idées, les découvertes, les questions, les projets, les débordements d’énergie.
Parmi Gaspar, Uccio et Chicco, il y a un mort qui doit occuper ce lit, mais la mère ne veut rien savoir, elle vacille, elle s’assoit, elle penche la tête de côté et elle regarde un à un les hommes de sa maison : le grand, le deuxième, le cadet… Comment fait-elle pour sentir « sien » ce fils mort ? Avec quel courage le portera-t-elle dans ses bras sur le lit, après l’avoir habillé et lui avoir murmuré à l’oreille des mots d’amour ? Comment feront ses jambes pour ne pas céder brusquement ? Tout est immobile : les gestes, les souvenirs, les mots de réconfort, les remords, cette dernière pulsation du coeur qui se répète à l’infini. Vita mia est une veillée.
Ce lit est un bateau de pierre et cette pièce est la mer qui nous aspire et disparaît.
Emma Dante
A mon frère Dario



MISHELLE DI SANT'OLIVA

C’était une belle femme la première danseuse de l’Olympia de Paris, grande, blonde, avec la peau douce comme de la soie, et surtout elle te jetait des regards qui te faisaient sentir petit petit…
Près de Sant’Oliva, le quartier des putains, Gaetano et Salvatore Lucchese, assis sur leur chaise, attendent Mishelle. Gaetano refuse de regarder son fils en face, et, même s’il sent si fortement cette présence humaine qu’il en frissonne, il se blottit sur sa chaise, retient son souffle et écoute en silence. Les souvenirs flottent dans l’air comme les feuilles d’automne emportées par le vent, et Gaetano, en tenue de fête, est devant la fenêtre, la tête penchée sur la poitrine. Le temps n’existe plus. Depuis des siècles, Gaetano, frappant ses jambes de pierre de ses poings fermés, réclame la fée enchanteresse qui un jour s’en est allée, le laissant tomber soudainement dans son corps difforme.
Le fils, chien en rogne, est assis, les cuisses ouvertes, face au mur. Cela fait dix ans que son père lui tourne le dos. Et chaque nuit, à la lumière de la lune, le “fiston de la Française” s’habille, se pare. La transformation achevée, dans la petite pièce à l’odeur de renfermé, elle dégage un parfum désespéré de printemps, de fleurs, que Gaetano ne supporte pas. Mishelle est prête : rude, dure, pesante, elle vibre avec une joie sourde. Malgré ses flancs lourds et informes, Mishelle marche la tête haute. Elle donne un baiser chaste sur le front de son père et, sans honte, elle s’en va parcourir la rue Sant’Oliva, de haut en bas et de bas en haut…


EMMA DANTE


Biographie

Née en 1967, Emma Dante vit à Palerme (Sicile). Elle est diplômée de l’Accademia d’arte drammatica Silvio d’Amico (le Conservatoire de Rome) en 1991. Après avoir interprété de nombreuses pièces dans la péninsule, elle regagne Palerme en 1999 et fonde la compagnie théâtrale Sud Costa Occidentale. Elle met en scène, en dialecte palermitain, M’Palermu en 2001, puis Carnezzeria en 2002. Elle monte Medea, d’après Euripide, avec des textes de Heiner Müller et Christa Wolf, à Naples en 2003, et La Scimia, d’après Le Due Zitelle, de Tommaso Landolfi, à la Biennale de Venise en 2004. Le dernier volet de sa trilogie palermitaine, Vita mia, est créé à la villa Medicis en 2004, dans le cadre du Festival Romaeuropa. Depuis, elle a écrit et mis en scène une nouvelle pièce en dialecte : Mishelle di Sant’Oliva, créée au Festival delle Colline Torinese en juillet 2005.


VITA MIA







MISHELLE DI SANT'OLIVA








Représentations ATP : Théâtre Antoine Vitez
le 31 Mars 2008, 19H30
le 1 Avril 2008, 19H30


Sommaire



Pour toute remarque ou suggestion, merci d'envoyer un mail à : ATPaixenprovence@aol.com

ATP - Aix en Provence © 2001 - 2019