Sommaire

MELISSA


De : Nikos Kazantzakis
Mise en scène par Antoine Bourseiller
Avec Roger Marion
Alain Weiler
Guy Kerner
Anne Leanor
Georges Aubert
Henri Khun
Alexis Nitzer
Michel Nativel
Philippe Renzo
Frédéric Lambre
Armand Arabian
René Bernan
prix du concours des Jeunes Compagnies



Antoine Bourseiller, metteur en scène
En 1954, première mise en scène : Catherine Aulnaie et Saint Elie, deux actes de Patrice de La Tour du Pin au Théâtre de Poche-Montparnasse.
En 1960, prix du concours des Jeunes Compagnies avec Mélissa, pièce de Nikos Kazantzakis, prix grâce auquel il prend la direction du Studio des Champs-Elysées. La même année il rencontre la comédienne Chantal Darget qu'il épouse et avec laquelle il mènera jusqu'en 1980 une grande aventure théâtrale essentiellement marquée par des créations françaises et étrangères, ponctuées de certaines oeuvres classiques peu souvent représentées ou méconnues.
En 1966 il devient directeur du Centre Dramatique d'Aix en Provence.. Le centre va voir rapidement ses activités se multiplier ; l’Ecole de comédiens chère à Gaston Baty sera même réactivée. Elle devient même Ecole Nationale Supérieure, la seule à être reconnue par l’Etat pour le Sud de la France.
Bourseiller fait appel au peintre Georges Mathieu pour dessiner un label (on ne disait pas encore le logo) du C.D.N. où Antoine Bourseiller voit “ le bleu de la Méditerranée, le rouge du soleil, les hallebardes du Théâtre, la passion, le mouvement, la recherche, le sang du Sud”.
Non seulement Antoine Bourseiller, présentera ses propres spectacles, fera découvrir aux Aixois des créateurs ou des auteurs contemporains comme l’américain Le Roi Jones, les Français Philippe Adrien, François Billetdoux , Patrice Chéreau, Ariane Mnouchkine, le Polonais Grotowski, des Compagnies comme le TNP, La Compagnie Renaud-Barrault, le Piccolo Teatro di Milano. On verra dans la salle de la rue du 11 Novembre, des acteurs comme Madeleine Renaud, Suzanne Flon, Chantal Darget (épouse d’Antoine Bourseiller et fille du présentateur TV Claude Darget), Georges Staquet, Marco Perrin Jean-Pierre Léaud, Serge Reggiani (qui fera aussi à Aix ses premiers pas comme chanteur), Annie Noël (alors épouse de Serge Reggiani), Danièle Delorme, Raymond Devos…
En Juillet 1967 Antoine Bourseiller est invité au Festival d’Avignon avec La Baye de Philippe Adrien et Silence l’Arbre Remue encore de François Billetdoux. C’est la première fois que Vilar invite un Centre Dramatique. Le succès est tel qu’au lieu des douze représentations prévues au cloître des Carmes, il en donne vingt six. Jean Vilar invitera La Baye à Chaillot, au TNP, pendant la saison 67-68.
Cependant dès Octobre 1967, Antoine Bourseiller s’intéresse à Marseille comme développement du Centre d’Aix. Il ouvre d’abord un kiosque sur les ”Allées de Meilhan”, proches de la Canebière et lance la campagne de l’ ”Action Culturelle du Sud Est”. En quatre mois il réunit 14.500 adhérents. L’Action Culturelle tente de rassembler toutes les manifestations artistiques de la région (JMF, opéra, cinémas d’art et d’essais, théâtre,...). Elle préfigure cette Maison de la Culture à laquelle songe Bourseiller.
Le programme 1967-1968 verra la reprise de Silence l’Arbre Remue encore, et la création de Crénom de Ionesco, d’un spectacle sur Baudelaire, L’Objet fait le moine avec la participation du couturier aixois Ungaro (modèles et couture) et de Ionesco (textes), Dom Juan de Molière avec La Comédie Française , mise en scène d’Antoine Bourseiller, décors (tout en cuivre) d’Oskar Gustin. Repris à Paris, salle Richelieu, Dom Juan sera le spectacle qui, en France, cette saison-là suscitera le plus d’intérêt et de discussions.
Bien entendu, pendant cette saison, Bourseiller invitera de nombreux spectacles créés tant à Paris qu’en province. Mais l’Action Culturelle du Sud Est ne peut comme prévu être présente en Juillet 68 à Avignon, compte tenu des événements.
Les créations 68-69 seront America Hurrah ! de l’Américain Jean-Claude Van Itallie et Angelo de Victor Hugo.
Mais en 1968 Antoine Bourseiller demande à la Ville de pouvoir disposer du Théâtre municipal pour élargir ses possibilités de diffusion et de création. L’Adjoint à la Culture, Pierre Gay, soutient cette demande. La municipalité dirigée par Monsieur Félix Ciccolini doit donc faire un choix entre Antoine Bourseiller et Marcellin Truphème. Pierre Gay en conclusion du rapport (15 Mai 1968) qu’il présente à ses collègues du Conseil écrit : “ La question du théâtre est une question importante qui engage l’avenir de toute l’action culturelle à Aix en Provence. Elle demande à être réglée avec tout le sérieux nécessaire, elle commande l’espoir que nous avons de pouvoir un jour créer une Maison de la Culture avec toutes les conséquences qui peuvent en découler pour le prestige et l’essor de notre ville.
Or, si l’on envisage la question sous cet angle, il ne fait pas de doute que la candidature de M. Bourseiller est celle qui nous ouvre le plus grand nombre de perspectives heureuses…
Ce serait du même coup permettre au Centre Dramatique National du Sud Est de mettre fin à la situation précaire que crée pour lui le seul recours à une salle de 300 places ; ce serait, en écartant toute menace d’émigration (cette menace existe), le fixer définitivement à Aix.
Il ne s’agit pas d’opposer deux hommes. Mais, tout en reconnaissant les mérites d’une famille qui a su pendant de longues années assurer la continuité du Théâtre à Aix, il faut maintenant admettre que la question de celui-ci ne peut plus rester une “affaire de famille” soumise à des méthodes de gestion artisanale qui ont fait leur temps… On a dit parfois qu’Aix était la ville des occasions perdues. Laisserons nous, cette fois, échapper la chance qui se présente à nous ?” .
Il ne se trouva que six conseillers municipaux pour soutenir cette candidature !
Monsieur Truphème fut reconduit à la tête du Théâtre Municipal .
Le théâtre du Gymnase à Marseille se trouvait libre.
Bourseiller le demanda et l’obtint.
On sait que le Centre Dramatique National d’Aix transféré à Marseille est aujourd’hui installé à La Criée, et est devenu le Théâtre National de Marseille.
En 1983, il réalise la première interview de Jean Genet en vidéo dans la collection Témoins de son temps produite par Danièle Delorme. De 1960 à 1980, il dirige cinq théâtres et de
1981 à 1996 l'Opéra de Nancy et de Lorraine, de 1994 à 2000 les Soirées d'Été de Gordes. Il a mis en scène Le Balcon de Jean Genet à Marseille en 1969, à Paris en 1975. Par les spectacles qu'il a accueillis, par ceux qu'il a produit ou coproduit avec d'autres théâtres, Antoine Bourseiller s'est toujours, en directeur et metteur en scène, réclamé d'un théâtre créateur qui manifeste sa politique artistique tant dans la curiosité à porter sur le répertoire ancien que dans l'ouverture aux oeuvres les plus marquantes du XXe siècle.

Représentations ATP : Théâtre Municipal
le 7 Novembre 1960, 21H00


Sommaire



Pour toute remarque ou suggestion, merci d'envoyer un mail à : ATPaixenprovence@aol.com

ATP - Aix en Provence © 2001 - 2019